Langues

Resize Text

+A A -A

Change Colors

Vous êtes ici

Un Espace européen de l’éducation, rêve ou réalité ?

La Commission européenne a publié son deuxième train d’initiatives visant à développer un Espace européen de l’éducation. Les propositions présentées couvrent des sujets tels que la reconnaissance des compétences, l'éducation et l'accueil de la petite enfance, la transition numérique dans l’éducation ainsi que les valeurs communes et l’éducation inclusive.

La Recommandation relative à la promotion de valeurs communes, à l’éducation inclusive et à la dimension européenne de l’enseignement adoptée par le Conseil donne le ton sur ce qui était en pleine gestation à Bruxelles depuis la Déclaration de Paris de novembre 2015 sur « l’inclusion sociale à travers l’éducation ». À ce titre, le Conseil encourage les autorités éducatives nationales et régionales à fournir le soutien nécessaire aux élèves et étudiant·e·s en fonction de leurs besoins ainsi qu’à former et donner des moyens aux enseignant·e·s, aux responsables d’écoles et au personnel universitaire.

Suite aux discussions du groupe d’expert·e·s, dont faisait partie l’EASPD, la proposition de recommandation du conseil sur des systèmes d’éducation et d’accueil de la petite enfance de grande qualité appelle les pays à œuvrer à garantir que ces services soient accessibles, abordables et inclusifs. Cet appel met un accent particulier sur l'importance de tenir compte des besoins et des choix des familles. La proposition souligne également la nécessité d’appuyer la formation du personnel pour proposer des services de grande qualité, et invite les autorités à accroître les investissements dans ce secteur. Bien qu’il soit regrettable que la proposition ne couvre pas les soins informels et les services spécialisés en raison des compétences limitées de l’UE, il s'agit toutefois d’un pas significatif dans la bonne direction et selon le bon état d’esprit.

La Commission prévoit déjà de développer davantage d’initiatives pour renforcer cet Espace européen d’éducation émergeant, elle inclut plus de références à l’éducation inclusive dans les rapports-pays et les recommandations par pays et elle définit des objectifs et idéaux ambitieux qui entendent ouvrir la voie aux États membres vers la réforme et le renforcement de leurs systèmes éducatifs nationaux ou régionaux.

Mais le diable se niche toutefois dans les détails. L’Union européenne n’a que des compétences limitées en matière d’éducation et n’est donc autorisée qu’à soutenir les efforts nationaux. Comme le déclarait la Commission dans sa communication sur les recommandations par pays 2018, les États membres ont tendance à être plus réticents lorsqu’il s'agit de réformer leurs systèmes sociaux et éducatifs, ce qui peut ralentir les progrès.

Période du bac et des concours oblige, il est plus que temps que nous soumettions nos systèmes d’éducation à examen. La Commission et l’EASPD semblent partager le même rêve d’une éducation inclusive de qualité, accessible et abordable, dispensée par du personnel formé et qui répond aux nécessités de tou·te·s les apprenant·e·s. Veillons à ce que ce rêve soit également partagé par nos gouvernements !

 

Timothy Ghilain
Policy Officer